mardi 6 septembre 2016

Le profond désaccord de l’ABACO à l’égard d’une corporation de défense des intérêts personnels en RDC

Consacrée à l’harmonisation des listes, les travaux à proprement parler du Dialogue politique national inclusif ont procédé le 5 septembre dernier à un quota additif de 25 participants par composante. Ainsi, outre l’adoption de la feuille de route moyennant quelques légers amendements, les délégués ont-ils ajusté toutes les listes. Par conséquent, l’opposition et la majorité présidentielle détiendront respectivement 93 participants, la Société civile 64. 5 places en plus sont réservées à l’opposition républicaine, de Léon Kongo wa Dondo, et 25 à 30 places accordées aux personnalités. Le nombre de délégués passe de facto de 200 à délégués prendront part à ces assises.

Force est donc de constater que cette soi-disant harmonisation des listes concerne seulement le PPRD du président de la République, l’AFDC de Modeste Bahati ainsi que quelques groupuscules, le PPRD ayant à lui seul au moins 25 membres.

Par conséquent, l’Alliance de Base pour l’Action Commune (ABACO) dénonce avec force et vigueur le caractère davantage exclusif du Dialogue politique national dont la composition matérialise, à n’en plus douter, une corporation de défense des intérêts personnels et non pour l’intérêt collectif, ni d’ailleurs pour un État de droit en République Démocratique du Congo. Ainsi le parti abaquiste ne cautionnera-t-il nullement les travaux concoctés sous la facilitation d’Edem Kodjo, en toute exclusion de la majorité agissante et naturelle, par une frange minoritaire.

Fait à Paris, le 6 septembre 2016

Pour l’Alliance de Base pour l’Action Commune (ABACO),
Gaspard-Hubert Lonsi Koko

Premier Vice-Président